5 expressions idiomatiques françaises qui s’invitent à table

Porteuses de messages parfois implicites, les expressions idiomatiques françaises ne manquent pas de susciter la curiosité des apprenants de notre chère langue française.

Découvrons ensemble 10 expressions idiomatiques françaises en rapport avec la nourriture. 

En faire (tout) un fromage

La fabrication du fromage demande beaucoup de travail et de temps alors que les ingrédients et la matière première sont simples. D’où l’expression “en faire tout un fromage” ! Apparue au milieu du XXᵉ siècle, elle signifie exagérer ou complexifier une situation qui ne l’était pas.

Exemple : “Martin a juste cassé un verre, arrête d’en faire tout un fromage !”

Être haut comme trois pommes

Cette expression se comprend d’elle-même : si on est haut comme trois pommes, on est petit en taille ! Son origine remonte à la littérature de la seconde moitié du XXᵉ siècle, notamment à travers le roman “La Vagabonde” de Colette : “Hautes comme trois pommes, (…) et ça se fout tant de noir aux yeux (…) que je te défie de savoir si elles sont jolies ou non.”

Exemple : “La dernière fois que j’ai vu ta fille, elle était haute comme trois pommes !”

Raconter des salades

Née au XIXᵉ siècle, cette expression fait référence à la salade composée dans laquelle sont mélangés plusieurs ingrédients. “Raconter des salades” est une métaphore relative aux commérages, qui ne sont qu’un mélange de vrai, de faux, de contradictions et de sous-entendus. 

Exemple : “Ils disent tous que Mélanie a rompu avec Pierre, mais ils ne racontent que des salades, ce n’est pas vrai !”

Faire chou blanc

L’expression “faire chou blanc” provient d’un jeu de quille très répandu au XVIᵉ siècle dans la région du Barry. Lorsqu’un joueur n’arrivait pas à faire tomber les quilles, on disait qu’il faisait “coup blanc”. Le patois berrichon a transformé “coup” en “chou”, et l’expression est restée. Elle signifie ainsi “ne rien gagner”, ou plus généralement, “subir un échec”. 

Exemple : “Les enquêteurs ont interrogé tout le voisinage pour trouver le coupable, mais ils ont fait chou blanc.”

Avoir la pêche 

Utilisée pour désigner le fait d’être en pleine forme, cette expression n’a pas d’origine précise. Apparue au XXᵉ siècle, elle proviendrait d’une légende taoïste selon laquelle les pêches seraient symbole d’immortalité et de fécondité. L’autre origine possible viendrait du milieu de la boxe : “pêche” fait référence à un violent coup de poing, d’où la nécessité pour le sportif de rester en bonne condition physique !

Note : il existe plusieurs variantes de cette expression, notamment “avoir la patate” qui viendrait également du milieu de la boxe, et qui a donné l’expression “avoir la frite”. 

Exemple : “Sarah a dormi treize heures d’affilée ; elle a tellement la pêche qu’elle pourrait courir un marathon !”

Bonus : Pleurer comme une madeleine

Cette expression fait référence à un passage de la Bible dans lequel Marie-Madeleine, aurait nettoyé les pieds de Jésus avec ses larmes tant elle aurait pleuré. Au XIIIᵉ siècle, “faire la madeleine” signifiait feindre le repentir. C’est seulement au XIXᵉ siècle qu’Honoré de Balzac popularise l’expression “pleurer comme une madeleine” dans son livre La Comédie Humaine : “Il ne revint pas pour dîner, et rentra fort tard. Je vous le jure, je restai dans ma chambre à pleurer comme une Madeleine, au coin de mon feu”.

Exemple : “Justine a encore échoué à son examen, je l’ai entendue pleurer comme une madeleine tout l’après-midi”. 

Envie de découvrir encore plus d’expressions idiomatiques ? Testez sans plus attendre nos cours de français en ligne Frantastique : des cours de français fun, concis et personnalisé en seulement 10 minutes par jour.



Lire aussi sur le même sujet :

Leave a Reply