Apprenez l’espagnol avec ces 5 films emblématiques

Quel meilleur moyen de plonger dans la culture hispanophone que de visionner des films en version originale ? Apprendre l’espagnol avec le cinéma, c’est désormais possible !

Grand nombre d’apprenant·e·s imaginent que l’apprentissage d’une langue doit inévitablement passer par des manuels pédagogiques et des dictionnaires. Certes, ces ouvrages peuvent s’avérer utiles dans votre apprentissage, mais visionner des films dans leur langue d’origine est une manière tout aussi efficace et bien plus ludique pour améliorer votre compréhension orale, ajouter de nouveaux mots de vocabulaire dans votre lexique et découvrir les aspects culturels et sociaux de la langue.

Pour vous, Gymglish a soigneusement sélectionné cinq films (et plus si affinités !) pour vous familiariser avec la langue espagnole en un temps record :

1) Mar adentro – Alejandro Amenábar (2004)

Nul besoin d’avoir fait espagnol en LV2 pour comprendre le scénario de cette merveille cinématographique ! Sorti dans les cinémas espagnols en 2004, Mar Adentro est tiré d’une histoire vraie : celle de la vie de Ramón Sampedro (joué ici par Javier Bardem), tétraplégique depuis ses 18 ans et alité depuis 28 ans. Sa seule ouverture sur le monde ? La fenêtre de sa chambre par laquelle il aperçoit la mer. Lauréat de nombreuses récompenses internationales (dont 15 prix Goya), le film fait preuve d’un réalisme bouleversant. Le saviez-vous ? Le titre du film Mar adentro est tiré du poème du même nom écrit par Ramón Sampedro.

Point compréhension : ce long-métrage du réalisateur hispano-chilien Alejandro Amenábar s’adresse aux apprenant·e·s intermédiaires de la langue de Cervantes, car le débit de parole est parfois rapide et difficile à assimiler dès la première écoute. Les sous-titres sont donc recommandés pour suivre l’histoire dans son intégralité.

2) Todo sobre mi madre – Pedro Almodóvar (1999)

Todo sobre mi madre, El Deseo S.A, France 2 Cinéma, 1999

Doit-on encore présenter Almodóvar et sa cinématographie engagée  ? 

Dans le film Todo sobre mi madre (“Tout sur ma mère”), Manuela, mère célibataire, se rend au théâtre avec son fils Esteban âgé de 17 ans. En sortant de la salle, elle est témoin d’un terrible accident : son fils est renversé par une voiture alors qu’il suivait une actrice pour lui demander un autographe. Elle décide alors de se rendre à Barcelone pour tenter de retrouver le géniteur d’Esteban, une femme transgenre  prénommée Lola, qui n’a jamais connu l’existence de son fils. Dans ce film nous retrouvons les thèmes de prédilection d’Almodóvar, parmi eux la sexualité, la religion, la transidentité ou encore la figure de la mère. Ce film est avant tout une ode à la tolérance aux femmes et à la communauté LGBTQ+. Une chose est sûre : Todo sobre mi madre se classe parmi les films les plus marquants du cinéma espagnol.

Point compréhension : grâce aux 100 minutes de pellicule, vous pourrez vous familiariser avec l’espagnol madrilène. La langue employée est fluide et accessible pour tous les niveaux, un outil indispensable pour améliorer votre compréhension orale ! De plus, le langage informel employé par les personnages vous aidera à apprendre l’espagnol conversationnel et vous permettra de vous habituer au discours familier.

3) La teta asustada – Claudia Llosa (2008)

Rare sont les films péruviens à connaître une reconnaissance internationale comme ce fut le cas de La teta asustada, également connu sous le nom de Fausta à l’étranger. Le film fait référence à une croyance populaire, selon laquelle le traumatisme des femmes ayant subi un viol par des soldats serait transmis par le lait maternelle à leurs enfants, d’où le nom “la teta asustada” (littéralement “le sein effrayé”). On y découvre ainsi un Pérou loin des cartes postales, mais criant de vérité. Vous serez ébloui·e tant par les prises de vue incroyables que par la bande son envoûtante qui valorise des chansons de la culture populaire péruvienne. A la tête de ce chef-d’oeuvre, la réalisatrice péruvienne Claudia Llosa (nièce de l’écrivain Mario Vargas Llosa).

Point compréhension : davantage ciblé pour des apprenant·e·s avancé·e·s en espagnol, La teta asustada est un outil idéal pour s’imprégner des codes culturels péruviens et en savoir plus sur les terribles années du terrorisme qui ont frappé le Pérou dans les années 80 (les guérilleros du Sentier Lumineux). De plus, la narration opérée par l’actrice principale vous permettra de mieux comprendre le sens du film.

4) Ocho apellidos vascos – Emilio Martínez-Làzaro (2014)

Ochos apellidos vascos, LaZona Films, 2014

Ocho apellidos vascos est le premier film du réalisateur madrilène Emilio Martínez-Làzaro, et est encore aujourd’hui le plus grand succès de l’histoire du cinéma espagnol avec près de 7 millions de spectateurs ! À la manière d’un Bienvenue chez les Ch’tis version ibérique, le long-métrage joue sur les clichés les plus grossiers pour tourner en dérision le sentiment identitaire des communautés autonomes espagnoles (ici le País Vasco). Le film n’hésite pas également à se moquer des Espagnols qui considèrent le Pays Basque comme une région “arriérée”. Au menu : folklore local, traditions, spécialités culinaires et dialectes divers !

Sachez que ce même réalisateur a sorti un deuxième volet, Ocho apellidos catalanes en 2015 : parfait pour découvrir les codes culturels liés à la Catalogne !

Point compréhension : ce film explore les différences régionales en Espagne (et notamment le clivage nord/sud entre l’Andalousie et le Pays Basque). Attention : certains mots de vocabulaire pourraient vous donner du fil à retordre !

5) Roma – Alfonso Cuarón (2018)

Qui dit cinéma mexicain dit forcément Alfonso Cuarón. Lauréat de prestigieux prix internationaux, le film mexicain se présente sous la forme d’un récit intimiste qui évoque les souvenirs d’enfance personnels du réalisateur au début des années 70, non pas dans la capitale italienne, mais dans le quartier chic de Roma à Mexico. En tant que spectateurs et spectatrices, nous sommes témoins d’événements historiques déterminants se déroulant en toile de fond (dont le célèbre massacre de Corpus Christi, la violente attaque par l’armée d’une manifestation étudiante ayant fait plus d’une centaine de morts), reliant ainsi discrètement la petite histoire à la grande. Le jeu de couleur en noir et blanc permet d’ajouter une touche nostalgique et authentique à la pellicule.

Point compréhension : la présence de sous-titres sur Netflix a suscité l’indignation à travers la communauté hispanophone, puisque la plateforme a pris la liberté de “corriger” les expressions locales mexicaines. Netflix a donc fini par les retirer.

Film bonus : Coco – Lee Unkrich & Adrian Molina (2017)

Coco, Disney-Pixar, 2017

Recuérdame, y viviré para siempre” (“Souviens toi de moi, et je vivrai pour toujours”). Impossible de terminer cette liste sans un film d’animation ! Coco est le 139ème long-métrage d’animation des fameux Walt Disney Studios, avec à l’honneur une arrière-grand-mère mexicaine qui donne son nom au film. L’émouvant Coco se déroule le jour du Día de los Muertos (fête d’origine aztèque célébrée le 2 novembre), et se veut être une réflexion autour de la famille et de l’au-delà. Tout au long du film, vous ferez la rencontre de nombreux personnages mythiques du Mexique sous forme de calaveras : de l’artiste peintre Frida Kahlo au révolutionnaire Emiliano Zapata, en passant par l’actrice Dolores del Río, les 105 minutes de pellicule se voient ainsi truffées de références culturelles !

Le film est tout particulièrement intéressant pour les apprenant·e·s débutant·e·s en espagnol – l’occasion de réviser (en chanson !) des points grammaticaux tels que ser et estar, la forme progressive ou encore les prépositions de lieu.

Votre motivation laisse toujours à désirer ? N’ayez crainte. Testez gratuitement et sans engagement nos cours d’espagnol en ligne Hotel Borbollón. Des cours fun, concis et personnalisés pour parfaire vos compétences en espagnol.

Crédit photo : Unspalsh


Laisser un commentaire