5 fautes de français à ne plus jamais commettre

Magnifiée par les poètes et les écrivains depuis des siècles, la langue française est connue pour son romantisme et son accent irrésistible. 

Celles et ceux qui l’étudient savent aussi que sa grammaire et son orthographe donnent souvent du fil à retordre. Et pour cause, les francophones sont les premiers à commettre des erreurs de français sans même s’en rendre compte !

Pour bannir définitivement certains abus de langage, nous avons sélectionné 5 fautes de français que vous ne serez plus jamais tenté de faire. 

Au jour d’aujourd’hui

Signifiant littéralement “au jour de ce jour”, l’adverbe “aujourd’hui” provient en réalité de l’ancien français “hui” qui signifiait “jour”. “Aujourd’hui” est donc déjà un pléonasme ! Inutile d’ajouter un “jour” en plus puisque cela donnerait “au jour du jour de ce jour”. 

Exemple : 

❌ Au jour d’aujourd’hui, il n’est pas capable d’apporter une solution au problème.

Aujourd’hui, il n’est pas capable d’apporter une solution au problème.

Un espèce de

Beaucoup font l’erreur d’utiliser cette expression au masculin. Issu du latin species, le terme “espèces” est toujours féminin. Ainsi, on dira “une espèce de” même si le mot qui suit est de genre masculin. 

Exemple :

❌ Il y a un espèce de brouillard étrange ce matin.

Il y a une espèce de brouillard étrange ce matin.

Pallier à un problème

Vous le savez sans doute : cette locution est utilisée pour dire que l’on atténue ou remédie à quelque chose. A l’origine, le verbe pallier est tiré du latin palliare, qui signifie “proprement couvrir d’un manteau”. Puisqu’il emploie déjà une préposition, nul besoin d’en ajouter une deuxième ! Pour être correct, il suffit d’écrire “pallier un problème”.

Exemple :

❌ Paul se couche plus tôt pour pallier à la fatigue.

Paul se couche plus tôt pour pallier la fatigue. 

Autant pour moi

Jamais une expression n’aura suscité autant de controverses ! L’orthographe “autant pour moi” est acceptée seulement si elle signifie “la même chose pour moi”, par exemple si vous souhaitez commander la même chose que votre voisin au restaurant. En revanche, on utilisera l’orthographe “au temps pour moi” pour reconnaître ses torts ou admettre son erreur. L’origine de cette expression remonte au jargon militaire, lorsqu’on employait l’injonction “au temps !” pour commander aux soldats de reprendre un mouvement depuis le début. 

Exemple : 

❌ Je me suis trompé, autant pour moi.

Je me suis trompé, au temps pour moi. 

C’est de cela dont il s’agit

Dans cette locution, la préposition “de” est déjà employée dans le pronom relatif “dont”. Inutile, donc, de répéter deux fois la même chose, vous en conviendrez. On dira plutôt : “c’est de cela qu’il s’agit”. 

Exemple : 

❌ Elle a trouvé un emploi ailleurs. C’est de cela dont il s’agit. Elle n’a pas été renvoyée.

Elle a trouvé un emploi ailleurs. C’est de cela qu’il s’agit. Elle n’a pas été renvoyée.

Bonus : du coup

Depuis quelques années, cette locution est devenue un véritable tic de langage. Correcte au sens propre (“un poing le frappa et il tomba assommé du coup”), elle devient incorrecte si on l’utilise comme un adverbe, pour remplacer “par conséquent” ou “de ce fait”. L’Académie Française préfèrera que l’on utilise ces derniers pour éviter tout abus de langage. C’est la langue française qui vous remerciera.

Exemple : 

❌ Il a vendu sa maison, du coup il doit déménager.

✅ Il a vendu sa maison, par conséquent il doit déménager. 

Le saviez-vous ? Depuis la banalisation de ce tic de langage, les habitants de Québec se font un malin plaisir d’appeler les Français “les du-coup” !

Ces fautes de langage vous donnent des frissons ? Vous commettez très certainement d’autres erreurs que nous prendrons soin de corriger grâce à nos cours d’orthographe en ligne Frantastique. Test de 7 jours gratuit et sans engagement. 



Lire aussi sur le même sujet :

Les 5 pires règles de la grammaire française

Leave a Reply