5 street artists anglophones qui donnent envie de voyager

Chez Gymglish, nous considérons que l’apprentissage d’une langue passe aussi par sa culture.

C’est pour cela qu’à la fin de chacune de nos leçons, nous proposons un extrait culturel (film, citation, chanson, bande dessinée…). Aujourd’hui, nous vous proposons de vous attarder sur un grand pan de la culture urbaine, le street art, qui s’installe dans l’espace public sous forme de graffitis, pochoirs, mosaïques, stickers…

Véritables marqueurs de leur époque, voici 5 artistes de street art qui vous embarquent dans un univers coloré, parfois politisé, mais toujours original. 

Lady Pink

Qualifiée de “pionnière du street-art” cette Équatorienne née en 1964 a dû se frayer un chemin dans un univers résolument masculin. En 1972, sa famille s’installe dans le quartier du Queens à New York et c’est à 15 ans que la jeune femme signe ses premiers graffitis sur les wagons du métro de New York. Féministe en engagée, elle réalise sa première exposition intitulée Femmes Fatales à 21 ans. Elle arrête ensuite ses activités de tags sauvages au profit d’un travail d’atelier. 

“Quand j’ai commencé à peindre, dans les années 70, les femmes essayaient toujours de prouver par elles-mêmes qu’elles pouvaient faire tout ce que les hommes faisaient. Le mouvement féministe était de plus en plus fort et, en tant qu’adolescente, je pense que ça m’a influencé. Plus les mecs disaient « vous ne pouvez pas faire ça », plus je devais prouver qu’ils avaient tort. Je devais le faire pour toutes mes sœurs qui me regardaient.”, dit-elle.

Aujourd’hui exposée dans de nombreux musées à travers le monde, Lady Pink est à la tête d’une entreprise proposant la réalisation de fresques murales avec son mari, le graffeur Smith. 

Banksy

Personnage britannique incontournable, cet artiste s’exprime sur les murs du monde entier depuis les années 90. Sa véritable identité demeure un mystère.

Amateur d’humour satirique et de poésie, Banksy se définit lui-même comme un philosophe, anti-guerre et révolutionnaire. A travers ses œuvres, il exprime son malaise face à une société qui le choque. Ses détracteurs le raillent parfois pour la simplicité de ses œuvres et la naïveté de ses combats. Contrairement à la majorité de ses contemporains, Banksy utilise une combinaison originale de pochoirs et d’écrits. Souvent imité, l’artiste revendique l’authenticité de ses œuvres via son compte Instagram et son site Internet. 

Mark Jenkins

Avec ses œuvres, Mark Jenkins ne recherche qu’une seule chose : la réaction du public. Comment ne pas être interloqué lorsqu’on aperçoit dans la rue un homme encastré dans un mur ou une femme sortant d’une poubelle

Né en 1970, ce street artist est connu pour ses installations plus vraies que nature : sa technique inédite consiste à mouler des formes (des corps humains par exemple) avec du ruban adhésif. Provocations ? Messages politiques ? Une chose est sûre, Mark Jenkins ne laisse pas indifférent et tente de brouiller la frontière entre réalité et fiction. Il a déclaré : “Je crée avant tout une expérience sociale. Je pourrais être un sociologue. Je pense que j’explore quelque chose qui se situe au-delà du street art. C’est une autre expérience.”

Faith XLVII

Née en 1979 en Afrique du Sud, Faith XLVII commence à parcourir le monde pour développer son Art en 2006. Artiste polyvalente, elle explore le street art, les installations vidéos, les tapisseries, les imprimés, la sculpture… sa créativité semble sans limite.

Faith XLVII est militante et particulièrement touchée par les inégalités et la cause animale. Son but : montrer la beauté du monde qui nous entoure. Ses œuvres peuvent être admirées dans pas moins de 50 pays. 

Shepard Fairey

Si le nom de Shepard Fairey ne vous dit rien, peut-être connaissez-vous son pseudonyme : OBEY. C’est en 2008 qu’il crée le fameux poster HOPE de Barack Obama lors de la campagne présidentielle américaine, ce qui le propulse alors au rang d’artiste incontournable. 

Né en 1970, l’américain commence sa carrière de réalisateur en 1995 et lance en 1997 son studio spécialisé en guérilla marketing avec des clients tels que Pepsi ou Hasbro. Inspiré par Andy Warhol, Barbara Kruger ou Diego Rivera, l’artiste signe des œuvres colorées et ironiques. 

Prêt.e à parcourir les rues du monde entier à la recherche de ces artistes ? Découvrez nos cours de langues Gymglish pour échanger avec les locaux que vous rencontrerez !



Lire aussi sur le même sujet :

Leave a Reply