Le programme Social Impact

Notre entreprise se veut militante en faveur de nos valeurs européennes et inclusives. Avec une volonté de faciliter l’accès à l’éducation langues pour différents publics, nous avons développé le programme “Social Impact”.

Cette initiative chère au cœur de Gymglish nous permet de soutenir les causes de nos associations partenaires en offrant des formations gratuites à leurs bénéficiaires. Nous avons ainsi initié une démarche RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) sans le savoir, et avant de connaître cette terminologie.

Un programme qui prend ses racines à la naissance de Gymglish

Nos deux cofondateurs, Antoine Brenner et Benjamin Levy, ont toujours eu à cœur de proposer des offres pertinentes à différents types de publics. Entreprises, particuliers, étudiant.e.s profitent de prix différenciés et adaptés à leurs situations respectives. Au bout de cette logique, et s’agissant d’apprenant.e.s de publics dits fragiles ou défavorisés, nous avons tenu à proposer ses cours de français, d’anglais, d’espagnol, d’allemand et d’orthographe à titre gratuit à tous bénéficiaires de structures sociales impliquées dans l’éducation, l’intégration ou l’accès à l’emploi. Ce sans aucune contre-partie demandée auxdites structures, leur demandant simplement de se porter garantes de la bonne distribution des formations aux bénéficiaires. “La mise en place de Social Impact s’est faite plutôt naturellement pour nous. Au fil des rencontres, nous avons noué des liens forts avec des associations promouvant l’accès à l’éducation. Gymglish est une entreprise rentable. Il semble donc naturel pour nous de faire profiter nos leçons à des personnes qui n’auraient pas pu se les offrir.” Benjamin Levy, cofondateur de Gymglish.

Depuis 2005, nous avons délivré dans le cadre de notre programme Social Impact plus de 27 000 formations gratuites à des bénéficiaires notamment en France, aux Philippines, au Brésil ou encore au Canada. En 2021, Social Impact compte plus de 15 partenaires actifs parmi lesquels NTQ, Les Apprentis d’Auteuil Marseille ou encore la Mission Locale de Paris.

Depuis 2008, Gymglish propose gratuitement des cours en ligne d’anglais et d’orthographe aux jeunes de NQT. Au total, plus de 11 000 étudiants ont déjà bénéficié d’une licence Gymglish ou Frantastique ortho. Nous constatons que l’intérêt est fort, l’adaptive learning fonctionne bien car les niveaux des bénéficiaires sont très hétérogènes. Les jeunes ont bien conscience qu’un niveau d’orthographe ou d’anglais non-satisfaisant peut malheureusement être une source supplémentaire de discrimination à l’embauche.

Sidonie Dogboé, chargée de projet pour NQT (Nos Quartiers ont des Talents), association impliquée dans l’insertion des jeunes diplômés et partenaire historique du programme Social Impact de Gymglish

“Faire avant de communiquer”

En France comme à l’international, notre but est de participer, à notre humble échelle, à tous les efforts publics et privés pour rendre l’éducation plus accessible. Sans étiquette, sans retombée ni contrepartie financière, nous sommes restés discrets sur ce programme pendant des années.

Depuis les débuts de notre partenariat avec Gymglish, plus de 60 des 100 jeunes que nous accompagnons bénéficient gratuitement des cours en ligne Frantastique ortho et Gymglish pour l’anglais. Beaucoup de bénéficiaires expérimentent pour la première fois des solutions d’e-learning. L’assiduité et la motivation restent donc un challenge non négligeable que Gymglish adresse bien.

Zoé Pons, Chargée de programme pour les Apprentis d’Auteuil de Marseille, fondation impliquée dans l’accompagnement plus de 30 000 jeunes et familles fragilisés.

La RSE, une nouvelle terminologie, un enjeu historique

Depuis une dizaine d’années, de telles démarches sociales et solidaires se font connaître sous le nom de RSE, la Responsabilité Sociétale des Entreprises, regroupant l’ensemble des pratiques destinées à favoriser le développement durable. Nous ne connaissions pas cette terminologie, mais avons réalisé que nous avions une démarche RSE engagée, vers laquelle nous avons pu flécher, outre notre programme Social Impact, d’autres initiatives notamment pour l’environnement. 

Dès 2005 nous avons par exemple développé Greenglish, un ensemble d’initiatives avec des réflexes concrets de recyclage, d’économies d’énergie et de compensation carbone dans l’entreprise. Même si ce programme ne prétendait pas – et ne prétend toujours pas – solutionner nos grands enjeux environnementaux, nous espérons que ces actions enseignent, inspirent et puissent se pérenniser.

Les sphères publiques et associatives n’ont pas le monopole de l’action solidaire. Entreprises, familles, individus, les sphères privées se doivent selon nous de participer à tous efforts solidaires et contribuant à un développement durable. Que nous l’appelons RSE ou non, l’entreprise porte aussi cette responsabilité. Certains diront d’ailleurs que ces démarches solidaires au sein des entreprises rebondiront positivement sur “le business” et rencontreront leurs intérêts économiques. C’est très probable. Toutefois, ce n’est pas notre dessein depuis 2005 avec Greenglish et Social Impact. Nous avons simplement voulu assumer notre part de responsabilité, spontanément, avec nos atouts et nos limites.




Lire aussi sur le même sujet :

Leave a Reply